Acroblog

Acroblog

Fin de saison

ActualitésPosté par Jean-Yves mar., octobre 18, 2016 20:13
18 octobre, le camp de baguage de Donges est désormais fermé, le site nettoyé, le matériel rangé et les trois bâtiments déplacés vers leur lieu d'hivernage.
Voici deux photos de ce déplacement spectaculaire.





  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post138

Une chaîne de coopération pour deux cigognes noires

CigognesPosté par Jean-Yves lun., octobre 17, 2016 20:50
La Cigogne noire ciconia nigra est un oiseau forestier qui ne niche pas en Loire-Atlantique mais il n'est pas si rare de l'observer l'été au moment de la dispersion post-nuptiale. Deux jeunes cigognes très affaiblies ont été récupérées en Brière et transportées au Centre de soins de la faune sauvage de l'école vétérinaire de Nantes au cours de l'été.
Rétablies, où fallait-il les libérer à cette époque de l'année alors que leurs congénères étaient parties vers le Sud?
Les responsables du suivi des cigognes noires interrogés, il fut décidé de les libérer dans l'Aude, près de Sijean où un petit groupe de cigognes noires hiverne chaque année.
Une chaîne de coopération efficace s'est rapidement mise en place et le matin du vendredi 7 octobre les deux oiseaux ont été pris en charge à l'ENV de Nantes pour arriver à Sijean vers 19h où ils ont été placés dans une volière d'acclimatation en attendant leur libération prochaine.
Sur les photos ci-dessous on peut voir une jeune cigogne noire (photo du haut) et une adulte (photo du bas). Espérons que nos efforts permettrons à ces deux cigognes d'arborer un jour leur beau plumage nuptial.



  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post137

En piteux état!

ActualitésPosté par Jean-Yves dim., octobre 16, 2016 20:53
Les sangliers n'y sont pour rien, les grandes marées et les passages répétés ont rendu le sol de la travée du camp de baguage de Donges difficilement praticable. Marcher dans la boue collante qui aspire les bottes est exténuant et les tournées régulières (toutes les demi-heures) pour récupérer les oiseaux capturés sont de vrais parcours du combattant.



  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post136

BVNH continue sa migration

CigognesPosté par Jean-Yves jeu., octobre 13, 2016 13:40
Notre deuxième cigogne est maintenant dans les Pyrénées-Atlantiques, près de Saint-Pée-sur-Nivelle. Elle suit le trajet de BVMM avec un mois d'écart. Peut-être se retrouveront-elles près de Madrid.

La carte indique les déplacements de la cigogne du 1er au 13 octobre.


  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post135

Deux balises posées!

CigognesPosté par Jean-Yves dim., octobre 09, 2016 21:09
Après un long silence, la rubrique "Cigognes" du blog est de nouveau active.

Voici un premier article pour vous informer de la pose de deux balises GPS sur deux cigognes adultes les 26 et 27 juillet 2016.
Les deux cigognes ont été capturées au filet par Hubert à Saint-Etienne-de-Montluc et portent les bagues BVMM et BVNH.

Sur la photo BVNH s'envole avec sa balise sur le dos.


La première a quitté la Loire-Atlantique le 31 août et est arrivée le 26 septembre près de Madrid où elle séjourne actuellement.
La deuxième est restée longtemps à proximité de la décharge de Grand-Landes au Nord du département de la Vendée. Alors qu'on pensait qu'elle allait rester là tout l'hiver elle est partie le 2 octobre et se trouve maintenant à Naujac en Gironde, elle aussi à proximité d'une décharge qu'elle fréquente quotidiennement.


  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post134

Vue 15 février

CigognesPosté par Jean-Yves mar., février 15, 2011 22:17
Les cigognes sont déjà nombreuses sur les nids qu'elles occupaient en 2010. En voici deux photographiées à Vue.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post57

Des Phragmites aquatiques au Mali

ActualitésPosté par Jean-Yves mar., février 15, 2011 08:05

L'équipe est maintenant au Mali et vient de nous envoyer quelques photos dont celle de ce Phragmite aquatique. En quatre opérations, 13 Acrolas ont été capturés et bagués.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post56

Fin du séjour en Mauritanie

ActualitésPosté par Jean-Yves mer., février 09, 2011 09:10

Avec pas mal de retard, je mets en ligne un résumé succinct des nouvelles transmises par Etienne sur la fin de l'expédition en Mauritanie et le départ vers le Mali.

Le séjour au Diawling étant terminé, l'équipe est repartie vers Nouakchott pour envisager les perspectives d'avenir avec le directeur du parc.

Avant de partir pour le Mali, l'équipe a entrepris une expédition riche en péripéties avec ensablements, enlisements répétés dans les traversées d'oueds, détours forcés après rencontre avec un poste militaire leur interdisant l'accès au barrage du lac qu'ils espéraient atteindre.

Conditions éprouvantes mais entêtement finalement récompensé par la capture de 55 oiseaux dont 2 acrolas dans "la Tamourt de Guimi" à 80 km d'Aleg.

La Tamourt de Guimi

Le lac d'Aleg

La suite c'est au Mali...

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post55

Les oiseaux du Diawling

ActualitésPosté par Jean-Yves ven., janvier 28, 2011 19:21

Quelques limicoles dont le Parc du Diawling regorge. Dans le désordre : gravelot pâtre Chevalier sylvain, Bécasseau minute et Grand gravelot… Qui est qui ?

Les aigrettes s’aprochent parfois près de l’affût, curieuses qu’elles sont…. L’aigrette à gorge blanche et l’aigrette garzette, qu’on peut aussi observer chez nous.

Les hérons sont plus farouches, la discrétion est de mise pour réaliser des photos. Un héron crabier et un héron strié.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post54

Diawling 28 janvier

ActualitésPosté par Jean-Yves ven., janvier 28, 2011 19:01

Aurélien nous écrit de Mauritanie :

"Quelques photos d’ambiances qu’offrent le Parc. Nous avons subi une semaine de vent, le soleil était alors caché par un nuage de poussière venue du désert. Pas très agréable et presque rédhibitoire pour les photos.

Arrivé à 2 mètres de ce varan refroidi par les température hivernales (25°C), mon appareil ne pouvait plus faire la mise au point. C’est pas grave, on a discuté !

Etienne, très investi dans la formation de Traoré, Saer, Cheikh (de gauche à droite) et Ahmed (assis derrière), est surnommé « Le professeur ».

Observez bien les pattes des flamants visibles sur cette photo… Les lectures de bagues permettent de mieux appréhender la biologie des espèces étudiées

Pas toujours facile de transporter le matériel dans la gadoue et la végétation… mais ça forme les relations ! Ici, Cheikh vient aider Marine pendant que le reste de l’équipe trime encore derrière. Moi ?... Ben je prends les photos !

Un paysage typique des rives du fleuve Sénégal, que l’on a longé lors de notre expédition vers l’Est. On s’y est baignés, mais aussi lavés, on y a fait la vaisselle et la lessive… à l’africaine quoi !!"

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post53

Massereau 10 janvier

CigognesPosté par Jean-Yves lun., janvier 10, 2011 15:49

Quatre cigognes sont déjà présentes du côté de la réserve du Massereau à Frossay en ce début janvier :

- Le couple qui niche habituellement sur le nid installé sur une plate-forme au centre de la réserve formé d'une cigogne mâle avec une bague métal sur la patte droite et d'une femelle non-baguée se nourrit souvent dans une prairie près du camping du migron.

-Deux autres cigognes ont pris possession de la plate-forme près des Champs neufs. On les voit régulièrment sur la prairie où se trouve la piste ULM. Elles consolident le nid et commencent déjà à s'accoupler. Ce n'est pourtant pas le couple nicheur habituel de ce nid. Le mâle (bague AIMH posée en 2007 à Cordemais) a niché en 2009 et 2010 dans un arbre de la héronnière de la réserve et la femelle (bague AGLM posée en 2005 à Châteauneuf par Franck Ibanez) est plutôt vagabonde. Si elle a niché en 2007 et 2008 sur ce même nid, elle est partie en 2009 sur le nid du hangar de la réserve et en 2010 elle a traversé la Loire pour nicher sur l'île Thérèse de Couëron.

Ce comportement est assez habituel de la part des cigognes qui n'ont pas migré. Elles forment des couples provisoires et s'installent à leur convenance sur les nids désertés. Le retour des migratrices provoque alors des conflits et des bagarres parfois spectaculaires.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post52

Radio-Mauritanie

ActualitésPosté par Jean-Yves dim., janvier 02, 2011 19:10

Toujours en direct de radio Mauritanie, notre envoyé spécial Etienne nous commente le quotidien de l’équipe.

Un bilan succinct nous permet de préciser qu’au 27 décembre, nous avons bagué 810 oiseaux, pour l’essentiel des phragmites des joncs.

Récemment, nous nous sommes divisés en deux équipes : une équipe composée de trois sur les quatre stagiaires que nous formons comme aide bagueur, encadrée par moi-même ; objectif : baguer du paludicole migrateur, puisque après tout, c’est aussi l’objectif de la mission…

Une autre équipe s’est projetée dans le nord du parc, vers le Tichilitt ( la précision est à destination des curieux qui voudrait aller sur Google Mapp), difficile d’accès, que nous avions repéré lors de notre journée de reconnaissance en bateau ; logistique lourde, puisqu’il a fallu prévoir outre le matériel de baguage, l’intendance et le couchage pour six personnes et pour deux jours ; le 4x4 du conservateur a déposé le tout à 2km des sites potentiels car le terrain ne permet pas de s’en approcher plus près.

C’était à nos yeux l’un des derniers sites où l’acrola pouvait encore se trouver : il faut se faire une raison, ce fut chou blanc.

Il reste donc cette énigme frustrante et à la fois stimulante pour les années à venir : alors que le Djoudj (où l’on trouve des acrolas en quantité) n’est vraiment pas loin (10/15km), et présente en apparence les mêmes types de milieu, pourquoi diable n’y en a-t-il pas l’ombre de la queue d’un au Diawling ?

Pour les jours à venir, outre peut-être une expédition du côté de Bogué sur quatre ou cinq jours pour prospecter les roselières du fleuve Sénégal, nous allons nous déplacer dans le cœur du bassin du Bell, dont nous n’avons pour l’instant pu qu’exploiter la frange Est, accessible par la piste qui mène à Keur Macène ; pour ce faire, la baignoire motorisée est incontournable, mais nous acceptons le risque d’une panne moteur car nous serons dans un chenal et les vents systématiquement orientés au sud nous ramèneront, hisse et ho, quoi qu’il arrive, à notre point de départ.

Pour ce faire, il a fallu monter une micro-expédition pour récupérer le bateau qui doit faire ses 300 kg tout de même et qui attendait sagement dans l’est du Tichilitt, et le déplacer au sud du bassin de Bell : soit en gros 18km sur de la tôle ondulée, avec la remorque que le parc nous avait allouée dans ce but, et qui visiblement n’apprécie guère le traitement que nous lui infligeons ; je vous passe les détails, le tout a pris trois bonnes heures ; nous nous arrêtions tous les deux km en moyenne pour resserrer les boulons, alertés par la bande de zouaves qui avait pris possession de la galerie du fourgon ; nous avons par la même occasion croisé le chemin d’un python super mignon qui, une fois la glace brisée et l’obstacle de la langue levé, s’est avéré super sympa, ce qui ne gâte rien et a largement contribué à la bonne humeur générale. On espère prochainement gagner la confiance des quelques rares crocos que nous côtoyons, mais la tâche semble plus délicate car ils sont particulièrement méfiants et craintifs .

Les journées s’écoulent donc avec régularité : réveil vers 5h 45, départ 6h30 pour être grosso modo aux filets vers 7h, lever du jour ; baguage jusqu’à midi ;

extraction laborieuse des waders, retour au batiment du Parc , où nous nous écroulons. En fin d’après-midi, soit séquence d’observation avec les stagiaires, et c’est un vrai bonheur vu la variété et la quantité d’oiseaux, soit démontage de la ligne et remontage sur un autre site.

Et puis tiens, je ne résiste pas à l’envie de vous rendre jaloux : en 2009 ont été dénombrés 235000 oiseaux, sachant que vu la difficulté d’accès à l’ensemble du parc, il est plus que probable que ce dénombrement soit largement sous-estimé. Flamants roses et nains, plusieurs milliers, sarcelles d’été, plus de 20000 (quand j’en vois 5 par an lors de la migration prénuptiale, par chez moi, je suis content !), dendrocygnes veufs, plusieurs dizaines de milliers, pélican blanc par centaines, oies de gambie, grues couronnées, en pagaille, sternes caspiennes comme les mouettes autour d’une décharge, ardéidés à la pelle (héron vert, crabier chevelu, aigrette grande, garzette, intermédiaire, des récifs, héron cendré, pourpré, bihoreau), cigognes noires à gogo, ibis falcinelle….

Vous en redemandez ? je retourne le fer dans la plaie : busards et balbuzards à tous les étages ; en quantité moindre mais facilement visibles : bécasseaux minutes et variables, chevaliers combattant, gambettes, aboyeurs, sylvain , cul-blancs, échasses, barges à queue noire, avocettes et j’en oublie probablement.

Allez, j’arrête là car c’est moche de torturer son prochain avec autant de désinvolture.

Régularité à laquelle de temps en temps nous infligeons une entorse ; dernièrement, toute l’équipe sauf moi (je suis plutôt un couche tôt), est allée pêcher la crevette un soir avec les locaux pour lesquels c’est une source de revenus non négligeable ; Les mêmes se sont offerts une soirée plage feu de camp dodo belle étoile ; pour ma part, je me suis octroyé une escapade de 4h de marche à travers le N’Tiallakh, vaste étendue qui sert d’exutoire à tout le bassin du Diawling, et qui à cette époque est en voie d’assèchement ; contraste saisissant entre les étendues desséchées, camaïeu sans cesse renouvelé d’ocre et de roux et les faibles dépressions encore en eau vantant l’inépuisable dégradé de vert et de turquoise ; être seul un instant au milieu de cette platitude, les pieds dans le sable et la tête dans le bleu, le silence dense seulement entrecoupé par l’envol des cochevis huppé qui attendent presque que l’on marche dessus pour fuser un peu plus loin…

Bon, il faudrait que j’en garde pour le prochain bulletin ; toute l’équipe a décidé de couper le séjour avec un peu de prospection du côté de Rosso et Bogué ; nous partons cet après-midi 1er janvier 2011, ce sera l’occasion de trouver un cyber-thé vert à la menthe pour expédier ce message.

Et bonne année à tous.

Etienne

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post51

Hivernantes

CigognesPosté par Jean-Yves dim., janvier 02, 2011 14:02

2 janvier 2011, une cigogne, les pattes dans l'eau, recherche sa nourriture dans une prairie innondée du marais de Vue au Nord du Pays de Retz. Elle est identifiable grâce à sa bague à demi-cassée qui porte la combinaison AFHE. Comme une dizaine d'autres cigognes, elle n'est pas partie en migration très loin. Elle a été observée fin septembre en Sud-Vendée sur la décharge de Talmont-Saint-Hilaire et est revenue début décembre à proximité de son site de nidification.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post50

DIAWLING

ActualitésPosté par Jean-Yves ven., décembre 31, 2010 17:15

Jeudi 16/12/2010

C’est Etienne qui vous parle en direct de Radio Mauritanie ; et si je débloque de temps en temps, c’est au nom des autres qui m’ont laissé m’atteler à la tâche….

Cela fait maintenant 8 jours que nous sommes au Diawling ; je dois dire que je ne soupçonnais pas la difficulté que représente le montage d’une opération de baguage dans un milieu pareil ; c’est immense, quasiment entièrement sous l’eau, même si ce n’est pas profond ; les pistes d’accès sont rares et quand elles existent, elles sont recouvertes par une tôle ondulée (succession de bosses et creux) qui littéralement désosse les deux fourgons et rend la conduite extrêmement pénible et délicate pour le chauffeur.

En dehors des pistes, le sable n’autorise guère de déplacement sans un 4x4, et encore, c’est l’enlisement garanti à la moindre inattention.

Entre les repérages, les impedimentas liés à la vie de tous les jours, (courses, lessives, rangements, vaisselles, douches), une prospection en baignoire motorisée qui nous a pris une journée entière (photo jointe) nous n’avons pu opérer que quatre matinées de baguage, dans des conditions particulièrement éprouvantes liées au milieu : on patauge avec nos waders, aux moustiques que l’on respire et mange tellement on est gâté, et à la chaleur ( on commence à l’aube à 20° et quand on roule les filets, on est facilement à 30, voire plus) ; au final, on est rétamé et le restant de la journée nous voit adopter-quand il ne faut pas déplacer les vingt filets- un petit rythme peinard de limace asthmatique.

Côté oiseaux, pas d’acrola et même les plus optimistes ne voient pas pourquoi cela pourrait changer : les milieux que nous prospectons semblent favorables, similaires à d’autres que l’on trouve dans le Djoudj où il est largement présent ; comprendre la ou les raisons pour lesquelles nous faisons chou blanc pourrait faire avancer le schmilblic et mieux faire progresser les connaissances sur cette espèce.

Dans l’attente de tests scientifiques plus élaborés, j’avance une hypothèse personnelle : acrola ne peut pas sentir les tisserins pour cause d’incompatibilité d’humeur…Or, des tisserins, nous n’en manquons pas, à la différence du Djoudj, où il y en a très peu ; c’est un peu et même beaucoup la croix et la bannière ; cela ressemble à un verdier, grosse tête rebelle et musculature puissante, avec en outre un don certain pour s’emmailler dans deux poches à la fois….et avec cela, sociable en diable : affectionne particulièrement son semblable et se déplace en bande fournie…

Mais ne boudons pas notre plaisir, nous sommes dans un paradis d’ornithologue ; énumérer les espèces que nous avons observées serait fastidieux, elles sont trop nombreuses ; je ne résiste pas à mentionner un ressenti, une ambiance extraordinaire : démailler avec à intervalles réguliers des vols de pélicans, de flamants roses ou de grues couronnées juste au dessus de la tête, c’est magique. De plus, à part les tisserins ( !), découvrir les oiseaux africains reste un émerveillement, tellement ils sont différents des nôtres.

Un bilan sommaire : environ 250 paludicoles migrateurs ( comptez, je ne fais aucune fixation, le double de tisserins), essentiellement des acrsch ; contrôles : 4 british, 1 belge.

Ce sera tout pour ce soir, mes petits yeux se ferment ; nous allons essayer d’envoyer ce topo bien que l’internet local ne fonctionne que par à coup ; le conservateur nous a précisé que lorsque le vent est orienté comme en ce moment, il soulève du sable et que cela compromet la qualité ( !!!) des lignes téléphoniques….

Afriiiiiiiiiiica !

Le 17/12/2010

Belle matinée de baguage : environ 80 acrsch, dont plusieurs anglais, un portugais et un français (hélas, pas de Donges).

Nicolas et Vanessa nous ont rejoint après leur périple chiroptérosénégalais ; ils nous donnent l coup de main et ce n’est pas de refus.

Certaines personnes habituées aux effectifs de capture de Donges pourront émettre le soupçon que nous nous roulons les moustaches ; A ces esprits chagrins, je rétorquerais que nous ne sommes ni en période de migration massive, ni dans un site particulièrement favorable comme en été : l’Afrique est immense, le Diawling aussi, donc les oiseaux n’ont que l’embarras du choix pour baguenauder et se nourrir ; une ligne de 20 filets perdus au milieu de cette immensité représente à peu de chose près l’effort de capture d’une crotte de mouche sur la place de la Concorde…….

Demain, journée détente : nous faisons une journée ornithologie ; Benoîtement posés sur nos postérieurs, à nous les concentrations de milliers de sarcelles d’été, flamants roses et nains, pélicans, dendrocygnes etc etc ; cela nous permettra en outre de former les quatre stagiaires du parc dont nous avons décidé d’assurer la formation naturaliste et d’aide bagueur.

Paraît que cela caille par chez vous ; sans rire, on compatit.

Etienne

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post49

migration

CigognesPosté par Jean-Yves sam., octobre 16, 2010 07:59

En ce mois d'octobre très peu d'observations de cigognes nous parviennent de Loire-Atlantique. Par contre deux sites, deux décharges encore en exploitation suivies par des observateurs nous confirment leur présence :

16 cigognes adultes baguées nicheuses en Loire-Atlantique et un jeune de l'année ont été contrôlés à Talmont-Saint-Hilaire en Sud-Vendée. Un peu plus loin à Saint-Pée-sur Nivelle dans les Pyrénées-Atlantique ce sont 7 autres cigognes baguées qui ont niché cette année dans notre département et un jeune de l'année qui ont été observés fin septembre-début octobre.

Enfin un contrôle plus étonnant vient de nous parvenir : AIHZ, bagué sur le pylône à Haute Tension de Bel Air à Trignac en 2006 a été observé le 11 octobre 2009 sur une décharge espagnole de Catalogne près de Lerida.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post45

expo

CigognesPosté par Jean-Yves lun., octobre 11, 2010 10:04

l'ACROLA était présente le 9 octobre lors de la journée "portes ouvertes" à la ferme du Drélif à Montoir-de-Bretagne dans le cadre des samedis fermiers où Jean-Paul et Sylvie Juin présentaient leur exploitation d'élevage bio de vaches limousines. Bonne affluence pour une manifestation festive bien agréable.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post43

Mortalité

CigognesPosté par Jean-Yves lun., août 09, 2010 20:56

La dispersion des cigogneaux n'est pas sans danger. Après avoir quitté le nid, ils doivent déjouer les pièges d'un monde dont ils ignorent tout.

Trois des cigogneaux bagués cette année ont déjà été trouvés morts et un quatrième transporté à l'école vétérinaire avec deux pattes cassées. Deux ont été trouvés morts ce week-end. L'un a percuté une ligne à Haute Tension à Besné, il avait été bagué le 7 juin dans la réserve du Massereau à Frossay et l'autre s'est électrocuté à la Guesne à Crossac, tout près du nid où il avait été bagué le 2 juillet.

Et pour quelques oiseaux trouvés combien échappent aux observateurs ?

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post36

Rassemblement

CigognesPosté par Jean-Yves mar., août 03, 2010 18:27

Les cigogneaux ont maintenant quitté leurs nids. Ils accompagnent désormais les adultes dans la recherche de nourriture. C'est l'occasion d'observer de spectaculaires rassemblements comme sur cette photo prise le 17 juillet par François Roche dans le marais Audubon. Ce jour-là 51 cigognes se trouvaient dans la même prairie en cours de fauche.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post34

Contrôles

CigognesPosté par Jean-Yves dim., août 01, 2010 12:45

Le baguage des oiseaux prend tout son sens lorsqu'un oiseau bagué est contrôlé, soit après capture dans le cas d'un oiseau de petite taille soit par simple lecture de bague comme c'est possible avec les cigognes.

C'est le cas de la cigogne qui porte la bague AMXN, baguée le 26 mai 2009 sur la PF2 de Couëron qui vient d'être observée et photographiée à Cantenay-Épinard dans le Maine-et-Loire.

Observation qui fait mentir l'idée, souvent admise, que les cigognes ne reviennent de migration qu'à l'âge de 3 ans.

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post33

écrevisse

CigognesPosté par Jean-Yves sam., juillet 24, 2010 18:57

Dans les prairies de Grand-lieu, les cigognes côtoient d'autres grands échassiers : hérons cendrés, hérons pourprés, aigrettes garzettes, ibis sacrés, grandes aigrettes... à la recherche de leur nourriture. Cette écrevisse qui traverse la prairie leur échappera-t-elle?

  • Commentaires(0)//acroblog.acrola.fr/#post31
Suivant »