Acroblog

Acroblog

Radio-Mauritanie

ActualitésPosté par Jean-Yves dim., janvier 02, 2011 19:10

Toujours en direct de radio Mauritanie, notre envoyé spécial Etienne nous commente le quotidien de l’équipe.

Un bilan succinct nous permet de préciser qu’au 27 décembre, nous avons bagué 810 oiseaux, pour l’essentiel des phragmites des joncs.

Récemment, nous nous sommes divisés en deux équipes : une équipe composée de trois sur les quatre stagiaires que nous formons comme aide bagueur, encadrée par moi-même ; objectif : baguer du paludicole migrateur, puisque après tout, c’est aussi l’objectif de la mission…

Une autre équipe s’est projetée dans le nord du parc, vers le Tichilitt ( la précision est à destination des curieux qui voudrait aller sur Google Mapp), difficile d’accès, que nous avions repéré lors de notre journée de reconnaissance en bateau ; logistique lourde, puisqu’il a fallu prévoir outre le matériel de baguage, l’intendance et le couchage pour six personnes et pour deux jours ; le 4x4 du conservateur a déposé le tout à 2km des sites potentiels car le terrain ne permet pas de s’en approcher plus près.

C’était à nos yeux l’un des derniers sites où l’acrola pouvait encore se trouver : il faut se faire une raison, ce fut chou blanc.

Il reste donc cette énigme frustrante et à la fois stimulante pour les années à venir : alors que le Djoudj (où l’on trouve des acrolas en quantité) n’est vraiment pas loin (10/15km), et présente en apparence les mêmes types de milieu, pourquoi diable n’y en a-t-il pas l’ombre de la queue d’un au Diawling ?

Pour les jours à venir, outre peut-être une expédition du côté de Bogué sur quatre ou cinq jours pour prospecter les roselières du fleuve Sénégal, nous allons nous déplacer dans le cœur du bassin du Bell, dont nous n’avons pour l’instant pu qu’exploiter la frange Est, accessible par la piste qui mène à Keur Macène ; pour ce faire, la baignoire motorisée est incontournable, mais nous acceptons le risque d’une panne moteur car nous serons dans un chenal et les vents systématiquement orientés au sud nous ramèneront, hisse et ho, quoi qu’il arrive, à notre point de départ.

Pour ce faire, il a fallu monter une micro-expédition pour récupérer le bateau qui doit faire ses 300 kg tout de même et qui attendait sagement dans l’est du Tichilitt, et le déplacer au sud du bassin de Bell : soit en gros 18km sur de la tôle ondulée, avec la remorque que le parc nous avait allouée dans ce but, et qui visiblement n’apprécie guère le traitement que nous lui infligeons ; je vous passe les détails, le tout a pris trois bonnes heures ; nous nous arrêtions tous les deux km en moyenne pour resserrer les boulons, alertés par la bande de zouaves qui avait pris possession de la galerie du fourgon ; nous avons par la même occasion croisé le chemin d’un python super mignon qui, une fois la glace brisée et l’obstacle de la langue levé, s’est avéré super sympa, ce qui ne gâte rien et a largement contribué à la bonne humeur générale. On espère prochainement gagner la confiance des quelques rares crocos que nous côtoyons, mais la tâche semble plus délicate car ils sont particulièrement méfiants et craintifs .

Les journées s’écoulent donc avec régularité : réveil vers 5h 45, départ 6h30 pour être grosso modo aux filets vers 7h, lever du jour ; baguage jusqu’à midi ;

extraction laborieuse des waders, retour au batiment du Parc , où nous nous écroulons. En fin d’après-midi, soit séquence d’observation avec les stagiaires, et c’est un vrai bonheur vu la variété et la quantité d’oiseaux, soit démontage de la ligne et remontage sur un autre site.

Et puis tiens, je ne résiste pas à l’envie de vous rendre jaloux : en 2009 ont été dénombrés 235000 oiseaux, sachant que vu la difficulté d’accès à l’ensemble du parc, il est plus que probable que ce dénombrement soit largement sous-estimé. Flamants roses et nains, plusieurs milliers, sarcelles d’été, plus de 20000 (quand j’en vois 5 par an lors de la migration prénuptiale, par chez moi, je suis content !), dendrocygnes veufs, plusieurs dizaines de milliers, pélican blanc par centaines, oies de gambie, grues couronnées, en pagaille, sternes caspiennes comme les mouettes autour d’une décharge, ardéidés à la pelle (héron vert, crabier chevelu, aigrette grande, garzette, intermédiaire, des récifs, héron cendré, pourpré, bihoreau), cigognes noires à gogo, ibis falcinelle….

Vous en redemandez ? je retourne le fer dans la plaie : busards et balbuzards à tous les étages ; en quantité moindre mais facilement visibles : bécasseaux minutes et variables, chevaliers combattant, gambettes, aboyeurs, sylvain , cul-blancs, échasses, barges à queue noire, avocettes et j’en oublie probablement.

Allez, j’arrête là car c’est moche de torturer son prochain avec autant de désinvolture.

Régularité à laquelle de temps en temps nous infligeons une entorse ; dernièrement, toute l’équipe sauf moi (je suis plutôt un couche tôt), est allée pêcher la crevette un soir avec les locaux pour lesquels c’est une source de revenus non négligeable ; Les mêmes se sont offerts une soirée plage feu de camp dodo belle étoile ; pour ma part, je me suis octroyé une escapade de 4h de marche à travers le N’Tiallakh, vaste étendue qui sert d’exutoire à tout le bassin du Diawling, et qui à cette époque est en voie d’assèchement ; contraste saisissant entre les étendues desséchées, camaïeu sans cesse renouvelé d’ocre et de roux et les faibles dépressions encore en eau vantant l’inépuisable dégradé de vert et de turquoise ; être seul un instant au milieu de cette platitude, les pieds dans le sable et la tête dans le bleu, le silence dense seulement entrecoupé par l’envol des cochevis huppé qui attendent presque que l’on marche dessus pour fuser un peu plus loin…

Bon, il faudrait que j’en garde pour le prochain bulletin ; toute l’équipe a décidé de couper le séjour avec un peu de prospection du côté de Rosso et Bogué ; nous partons cet après-midi 1er janvier 2011, ce sera l’occasion de trouver un cyber-thé vert à la menthe pour expédier ce message.

Et bonne année à tous.

Etienne

  • Commentaires(0)

Fill in only if you are not real





Les tags XHTML suivant sont autorisés: <b>, <br/>, <em>, <i>, <strong>, <u>. Les feuilles de styles CCS et les Javascripts ne sont pas autorisés.